Facts about Talc
Études

La Sister Study

sister-study-hero.jpg

La Sister Study, menée entre 2003 et 2009 avec l’appui du National Institute of Environmental Health Sciences, un organisme des National Institutes of Health, représente une étape marquante dans la recherche pour découvrir les causes du cancer du sein. Cette étude comprenait également une analyse des participantes pour examiner les liens possibles entre l’utilisation du talc ou de la douche vaginale et le cancer de l’ovaire.

Dans le cadre de cette étude, on a interrogé 41 654 femmes recrutées aux États-Unis et à Porto Rico, âgées de 35 à 74 ans, dont la sœur ou la demi-sœur avait reçu un diagnostic de cancer du sein, sur leur utilisation de talc au cours des 12 mois précédents. Pour la durée de l’étude, aucun lien n’a été établi entre l’utilisation périnéale de talc et un diagnostic ultérieur de cancer de l’ovaire7. Bien que la douche vaginale ait été plus fréquente chez les utilisatrices de talc dans la Sister Study, on a constaté que la douche vaginale, et non le talc, était associée à un risque accru de cancer de l’ovaire7.

La Sister Study

N’a montré aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire
6
ans d'étude
sur
41 654
femmes
5 735
utilisatrices de talc
Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software