Études sur le talc et le cancer de l’ovaire
Examinez les données scientifiques
Études sur le talc et le cancer de l’ovaire
La Nurses’ Health Study (NHS) est la plus grande étude jamais réalisée sur la santé des femmes. Cette étude de cohorte financée par le gouvernement américain a examiné les facteurs de risque des maladies chroniques majeures qui touchent les femmes depuis 1976.

La Nurses’ Health Study (Étude sur la santé des infirmières)

N’a montré aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire
24
ans d'étude
sur
78 630
femmes
31 789
utilisatrices de talc
La Women’s Health Initiative (WHI) a été mise sur pied par les National Institutes of Health des États-Unis en 1991 afin d’étudier la santé des femmes ménopausées. Au cours de cette étude de cohorte, on a examiné de nombreuses questions, notamment le lien entre l’hormonothérapie et le cancer du sein ainsi que les effets d’un régime alimentaire sur le cancer et les maladies du cœur.

La Women’s Health Initiative Study (Initiative sur la santé des femmes)

N’a montré aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire
12
ans d'étude
sur
61 576
femmes
32 219
utilisatrices de talc
La Sister Study, menée entre 2003 et 2009 avec l’appui du National Institute of Environmental Health Sciences, un organisme des National Institutes of Health, représente une étape marquante dans la recherche pour découvrir les causes du cancer du sein.

La Sister Study

N’a montré aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire
6
ans d'étude
sur
41 654
femmes
5 735
utilisatrices de talc

Autres études

Les grandes études prospectives ne trouvent pas de lien statistique entre le cancer de l’ovaire et les utilisatrices de poudre; toutefois, certaines études cas-témoins, mais non pas toutes, indiquent un faible lien statistique. Les études cas-témoins sont des études dans lesquelles on pose des questions sur les divers facteurs de risque possibles à des groupes de personnes ayant des antécédents d’une maladie en particulier. Ces facteurs de risque peuvent comprendre leur utilisation de certains produits dans le passé. La raison pour laquelle certaines études ont établi un faible lien statistique repose sur le potentiel de surestimer la véritable association à cause du « biais de rappel ». Le biais de rappel survient lorsque les personnes touchées par une maladie sont plus susceptibles de surestimer leur exposition aux facteurs de risque analysés que les personnes exemptes de cette maladie. Dans ces études, les femmes qui se savent atteintes d’un cancer de l’ovaire s’efforcent de se rappeler tout ce qui pourrait s’avérer important afin d’expliquer pourquoi elles ont contracté cette terrible maladie, ce qui donnera artificiellement l’impression que les femmes atteintes de cancer ont utilisé plus de poudre de talc8.

Études sur le talc et le mésothéliome
Le mésothéliome est une forme rare de cancer qui se présente sous divers types. Ainsi, l’exposition à l’amiante a été associée à certains types de mésothéliome. L’amiante est un minéral présent naturellement dans l’environnement, de sorte que l’on retrouve de petites quantités de ses fibres partout autour de nous : dans l’air que nous respirons, dans l’eau potable, dans le sol et dans certains aliments.

Il n’existe aucune étude scientifique solide indiquant que l’inhalation de talc cosmétique cause le mésothéliome.
There have been several studies of thousands of people who were exposed to talc on a daily basis—through their work mining and milling talc powder. These studies demonstrate that exposure to high levels of talc does not increase a person’s risk of developing mesothelioma.

Étude sur les mineurs et les meuniers

No increased risk of mesothelioma
2 149
mineurs et ouvriers exposés quotidiennement au talc
étudiés sur une période
40
ans

Le talc sert à réduire l’accumulation de liquide dans les poumons

Un acte médical appelé pleurodèse vise à coller les poumons à la paroi thoracique afin de regonfler les poumons collabés ou d’empêcher une accumulation de liquide autour de ceux-ci.

Dans certains cas, on injecte du talc directement dans la paroi pulmonaire afin d’empêcher l’accumulation de liquide. Dans les rapports de grande portée, on note qu’il n’y a aucun cas de mésothéliome parmi les centaines de patients ayant subi cette intervention sur une période s’étalant sur des dizaines d’années.

A trouvé

0

cas de mésothéliome
plus de
300
patients
étudiés sur une période
14-40
ans
Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software