Tout savoir sur l’innocuité de la poudre de talc

Tout savoir sur
l’innocuité de la poudre de talc


Qu'est-ce que la poudre de talc?

La poudre de talc est une forme de poudre raffinée du minéral le plus mou sur terre : le talc. Il s’agit d’un ingrédient « inerte », qui ne produit aucune réaction chimique lorsqu’il est ingéré ou appliqué sur la peau. Depuis l’Égypte ancienne, les gens ont tiré profit de sa douceur naturelle, de son pouvoir absorbant et de son innocuité1.

Poudre de talc

D’où provient notre talc?

Le talc se trouve dans des gisements rocheux partout sur la planète et on l’extrait comme bien d’autres minéraux. Nous n’utilisons dans notre poudre pour bébés que le talc de qualité pharmaceutique.

Comment fabrique-t-on la poudre de talc?

Une fois extrait du sol, le talc est partiellement concassé, puis il est classé selon sa qualité. On broie ensuite en poudre le minerai de talc qui est conforme à nos normes et on détermine sa granularité pour s’assurer qu’il répond aux exigences de pureté de Johnson & Johnson.

Le talc est sans danger

Innocuité du talc, étape 1

1On utilise le talc depuis des siècles.

C’est le minéral le plus mou sur Terre; son utilisation dans diverses applications remonte à l’Égypte ancienne2.

Innocuité du talc, étape 2

2Le talc est plus courant que vous ne croyez.

Il se trouve dans les aliments que nous consommons, notamment la gomme à mâcher, le riz et l’huile d’olive, ainsi que de nombreux autres produits de tous les jours, comme le maquillage, le savon et les antisudorifiques1,2,3.

Innocuité du talc, étape 3

3Le talc est sans danger.

La recherche, les données cliniques et près de 40 années d’études scientifiques par des experts médicaux indépendants du monde entier confirment l’innocuité du talc.

Innocuité du talc, étape 4

4Le talc a fait l’objet d’études par des experts médicaux indépendants partout dans le monde.

Des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux, comme la Food and Drug Administration des États Unis et le groupe d’experts chargé de l’analyse des ingrédients cosmétiques aux États ­Unis, ont tous étudié la nocivité potentielle du talc et ont conclu que ce produit est sans danger.

Innocuité du talc, étape 5

5Le talc ne cause pas le cancer.

Le comité de rédaction du Physician Data Query du National Cancer Institute a déterminé que les éléments de preuve n’ont pas démontré de lien entre l’exposition périnéale au talc et un risque accru de cancer de l’ovaire.

Des décennies d’innocuité

Nous utilisons encore le talc dans nos produits puisque les données scientifiques sur des décennies ont prouvé son innocuité. Votre confiance envers les produits pour bébés Johnson’s et votre loyauté dans leur utilisation quotidienne constitue une grande responsabilité : c’est pourquoi nous n’utilisons que des ingrédients jugés sans danger d’après les études scientifiques les plus récentes.

La recherche, les données cliniques et près de 40 années d’études scientifiques par des experts médicaux du monde entier confirment l’innocuité du talc cosmétique. Les autorités sanitaires du monde entier ont étudié les données sur le talc, un produit qui est largement utilisé dans le monde.

Même si le talc a depuis longtemps fait la preuve de son innocuité dans les produits de consommation, des gens se demandent si l’utilisation de la poudre de talc augmente le risque qu’une personne développe un cancer. Récemment, on a soulevé la question à savoir si le talc utilisé dans les produits de consommation pouvait être contaminé par de l’amiante. Les preuves scientifiques ne soutiennent d’aucune manière la prétention que nos produits de talc causent le cancer.

Nous prenons au sérieux toute question à propos de l’innocuité de notre produit; nous avons donc examiné minutieusement les données recueillies sur le talc.

Des milliers d’analyses ont confirmé à plusieurs reprises que nos produits de consommation à base de talc ne contiennent pas d’amiante. Le talc que nous utilisons provient de sources de minerai qui satisfont à nos critères les plus stricts. Non seulement nos fournisseurs et nous-mêmes analysons régulièrement notre talc pour nous assurer qu’il ne contient pas d’amiante, mais des analyses réalisées par de nombreux laboratoires et universités agissant indépendamment, dont la FDA, la Harvard School of Public Health et l’hôpital Mount Sinai, ont confirmé que notre talc est exempt d’amiante.

Poursuite en justice contre Johnson

Vous avez sans doute lu des articles concernant des poursuites en justice où on alléguait que la poudre pour bébés Johnson’s peut causer le cancer de l’ovaire ou le mésothéliome.

Johnson n’utilise que du talc pur, de qualité pharmaceutique. Nous analysons chaque lot pour nous en assurer. Mais vous n’avez pas à nous croire sur parole. Jugez-en par vous-même après avoir examiné les faits.

Pour en savoir plus

Examinez les données scientifiques

Études sur le talc et le cancer de l’ovaire

The Nurses’ Health Study (Étude sur la santé des infirmières)

La Nurses’ Health Study (NHS) est la plus grande étude jamais réalisée sur la santé des femmes. Cette étude de cohorte financée par le gouvernement américain a examiné les facteurs de risque des maladies chroniques majeures qui touchent les femmes depuis 1976. De nombreuses avancées découlent des données de la NHS; celles-ci ont notamment révélé le lien existant entre le tabagisme et les maladies du cœur chez les femmes, ce qui a permis la mise au point de l’hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein.

La partie de l’étude NHS qui portait sur le talc portait sur 78 630 femmes qui ont été suivies sur une période totale atteignant dans certains cas 24 ans4,5. On a demandé à ces femmes si elles avaient déjà appliqué de la poudre de talc sur leurs parties génitales ou sur des serviettes hygiéniques. Environ 40 pour cent ont répondu par l’affirmative et ont été placées dans le groupe d’utilisatrices de talc4,5.

Les données de l’étude n’ont révélé aucune augmentation du taux global de cancer de l’ovaire parmi les utilisatrices de talc, peu importe leur fréquence d’utilisation du produit. Aucune différence n’a été observée dans le taux de cancer de l’ovaire chez les femmes qui appliquaient la poudre soit directement sur le corps, soit sur des serviettes hygiéniques4,5.

Étude d’une durée de 24 ans
sur 78 630 femmes
31 789 d’entre elles utilisaient du talc

L’étude ne révèle
aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire

La Nurses’ Health Study (Étude sur la santé des infirmières)

The Women’s Health Initiative Study (Initiative sur la santé des femmes)

La Women’s Health Initiative (WHI) a été mise sur pied par les National Institutes of Health des États-Unis en 1991 afin d’étudier la santé des femmes ménopausées. Au cours de cette étude de cohorte, on a examiné de nombreuses questions, notamment le lien entre l’hormonothérapie et le cancer du sein ainsi que les effets d’un régime alimentaire sur le cancer et les maladies du cœur. La partie de l’étude WHI qui portait sur l’utilisation du talc portait sur 61 576 femmes, dont 53 pour cent ont dit qu’elles appliquaient de la poudre de talc sur leurs parties génitales, sur des serviettes hygiéniques ou sur des diaphragmes, certaines d’entre elles pendant plus de 20 ans. Le suivi de ces femmes dans cette étude s’est effectué entre 1993 et 2012.

Les données de l’étude ne révèlent aucune augmentation du risque de cancer de l’ovaire chez les femmes qui utilisaient la poudre de talc. Il n’y avait également aucun risque accru chez les femmes qui ont utilisé la poudre pendant une période prolongée6.

Étude d’une durée de 12 ans
sur 61 576 femmes
32 219 d’entre elles utilisaient du talc

L’étude ne révèle
aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire

La Women’s Health Initiative Study (Initiative sur la santé des femmes)

La Sister Study

La Sister Study, menée entre 2003 et 2009 avec l’appui du National Institute of Environmental Health Sciences, un organisme des National Institutes of Health, représente une étape marquante dans la recherche pour découvrir les causes du cancer du sein. Cette étude comprenait également une analyse des participantes pour examiner les liens possibles entre l’utilisation du talc ou de la douche vaginale et le cancer de l’ovaire.

Dans le cadre de cette étude, on a interrogé 41 654 femmes recrutées aux États-Unis et à Porto Rico, âgées de 35 à 74 ans, dont la sœur ou la demi-sœur avait reçu un diagnostic de cancer du sein, sur leur utilisation de talc au cours des 12 mois précédents. Pour la durée de l’étude, aucun lien n’a été établi entre l’utilisation périnéale de talc et un diagnostic ultérieur de cancer de l’ovaire7. Bien que la douche vaginale ait été plus fréquente chez les utilisatrices de talc dans la Sister Study, on a constaté que la douche vaginale, et non le talc, était associée à un risque accru de cancer de l’ovaire7.

Étude d’une durée de 6 ans
sur 41 654 femmes
5 735 d’entre elles utilisaient du talc

L’étude ne révèle
aucune augmentation globale

du risque de cancer de l’ovaire

La Sister Study

Autres études

Les grandes études prospectives ne trouvent pas de lien statistique entre le cancer de l’ovaire et les utilisatrices de poudre; toutefois, certaines études cas-témoins, mais non pas toutes, indiquent un faible lien statistique. Les études cas-témoins sont des études dans lesquelles on pose des questions sur les divers facteurs de risque possibles à des groupes de personnes ayant des antécédents d’une maladie en particulier. Ces facteurs de risque peuvent comprendre leur utilisation de certains produits dans le passé. La raison pour laquelle certaines études ont établi un faible lien statistique repose sur le potentiel de surestimer la véritable association à cause du « biais de rappel ». Le biais de rappel survient lorsque les personnes touchées par une maladie sont plus susceptibles de surestimer leur exposition aux facteurs de risque analysés que les personnes exemptes de cette maladie. Dans ces études, les femmes qui se savent atteintes d’un cancer de l’ovaire s’efforcent de se rappeler tout ce qui pourrait s’avérer important afin d’expliquer pourquoi elles ont contracté cette terrible maladie, ce qui donnera artificiellement l’impression que les femmes atteintes de cancer ont utilisé plus de poudre de talc8.

Études sur le talc et le mésothéliome

Le mésothéliome est une forme rare de cancer qui se présente sous divers types. Ainsi, l’exposition à l’amiante a été associée à certains types de mésothéliome. L’amiante est un minéral présent naturellement dans l’environnement, de sorte que l’on retrouve de petites quantités de ses fibres partout autour de nous : dans l’air que nous respirons, dans l’eau potable, dans le sol et dans certains aliments.

Il n’existe aucune étude scientifique solide indiquant que l’inhalation de talc cosmétique cause le mésothéliome.

Études sur les mineurs et les meuniers

Des études portant sur des milliers de personnes exposées au talc tous les jours par le biais de leur travail d’extraction et de broyage de la poudre de talc montrent qu’aucune de ces personnes n’a développé le mésothéliome. En 1976, des scientifiques ont effectué une étude sur les mineurs et les meuniers d’une mine de talc cosmétique en Italie exploitée par Johnson & Johnson. Dans cette étude, on a comparé ces employés, qui avaient travaillé à la mine de 1921 à 1950, à la population de la ville avoisinante d’Alba, en Italie. Cette étude n’a révélé aucun cas de mésothéliome.

Les scientifiques ont actualisé les données en 1979, en utilisant de nouvelles données statistiques afin de comparer les mineurs et les meuniers qui avaient travaillé de 1946 à 1974 aux données sur la population nationale en Italie. Encore une fois, aucun des mineurs et des meuniers n’avait développé le mésothéliome. Cette étude a de nouveau été actualisée en 2003, puis en 2017, et les données montrent encore qu’aucun des mineurs et des meuniers n’a développé le mésothéliome.

On a mené des études semblables sur les mineurs et les meuniers d’autres exploitations minières de talc cosmétique. Une étude menée par le NIOSH et l’OSHA sur des mineurs et des meuniers au Vermont a déterminé qu’aucun de ceux-ci n’avait développé le mésothéliome. Des études sur des mineurs et des meuniers qui ont travaillé dans des gisements de talc cosmétique en Norvège, en Autriche et en France révèlent également qu’aucun des travailleurs du talc n’a développé le mésothéliome.

1 992  mineurs
et meuniers

exposés au talc tous les jours
Étude s’étirant sur 38  ans

Résultat : 0 cas de
mésothéliome

Étude sur les mineurs et les meuniers

Le talc est utilisépour réduire l’accumulation de liquide
dans les poumons

Un acte médical appelé pleurodèse vise à coller les poumons à la paroi thoracique afin de regonfler les poumons collabés ou d’empêcher une accumulation de liquide autour de ceux-ci.

Dans certains cas, on injecte du talc directement dans la paroi pulmonaire afin d’empêcher l’accumulation de liquide. Dans les rapports de grande portée, on note qu’il n’y a aucun cas de mésothéliome parmi les centaines de patients ayant subi cette intervention sur une période s’étalant sur des dizaines d’années.

Plus
de
 300  patients
étudiés sur une période
de 14 à 40  ans

Résultat : 0 cas de
mésothéliome

Références

  1. Industrial Minerals Association. “What is Talc.”
    http://www.ima-na.org/?page=what_is_talc
  2. EARTH magazine. Mineral Resource of the Month.
    http://www.earthmagazine.org/article/mineral-resource-month-talc
  3. Geology.com. Talc: The Softest Mineral.
    http://geology.com/minerals/talc.shtml
  4. Gertig, Prospective Study of Talc Use and Ovarian Cancer, Journal of the National Cancer Institute, Nurses Health Study.
    http://jnci.oxfordjournals.org/content/92/3/249.full
  5. Gates, Risk Factors for Epithelial Ovarian Cancer by Histologic Subtype, American Journal of Epidemiology.
    http://aje.oxfordjournals.org/content/171/1/45.full
  6. Houghton, Perineal Powder Use and Risk of Ovarian Cancer, Journal of the National Cancer Institute, Women’s Health Initiative.
    http://jnci.oxfordjournals.org/content/106/9/dju208.full
  7. Gonzalez, Douching, Talc Use and Risk of Ovarian Cancer, Epidemiology.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27327020
  8. Cancer.org. Talcum Powder and Cancer.
    http://www.cancer.org/cancer/cancercauses/othercarcinogens/athome/talcum-powder-and-cancer
Haut de la page
Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software